La difference entre Amour et Possession

 

Beaucoup pensent qu’aimer c’est posséder, avoir, retenir, alors qu’en réalité l’amour se donne. Cette croyance erronée sur l’amour possession déséquilibre bien des relations et même plus encore.

Je me souviens d’un couple qui vivait ainsi et en souffrait : La femme disait aimer son compagnon, elle disait l’aimer si fort qu’elle ne pouvait vivre sans lui. Même une journée loin de lui lui était insupportable, alors, elle l’inondait de messages, elle voulait tout savoir de ce qu’il faisait lorsqu’il était loin d’elle. Et si ce dernier ne répondait pas très rapidement à ses appels elle en souffrait. Elle pensait aimer son compagnon et affirmait que ce comportement était la preuve de son amour. En réalité, ce n’était pas de l’amour qu’elle donnait, elle souhaitait simplement posséder son compagnon, l’avoir pour elle, certainement pour combler un manque intérieur, un mal être. Cette femme avait besoin d’être rassurée et aimée.

Certes il s’agit d’un exemple un peu extrême, mais pourtant bel et bien réel et plus fréquent qu’on ne le pense.

Ce besoin d’être rassuré par la possession n’a rien à voir avec de l’amour vrai, car chaque chose qui se vit dans le besoin n’est pas de l’amour véritable. L’amour, le beau, n’existe qu’à travers l’envie et non le besoin, l’envie de faire plaisir, l’envie d’aimer, l’envie de venir en aide, l’amour est désintéressé.

illus-essence-sandra emilie dedieu
Illustration par Emilie

 

D’ailleurs, pour revenir à mon exemple, cette femme qui pensait aimer si fort son compagnon se serait sans aucun doute comportée tout à fait de la même façon avec un autre homme. Son compagnon voyait également cela comme une preuve d’amour, il se sentait alors un peu spécial, pourtant, avec lui ou un autre le besoin de possession de sa femme aurait été le même. Ce qui prouve que lui aussi avait des choses à gagner dans cette situation même s’il s’en plaignait.

 

 

 

 

Pour qu’une relation existe il faut être deux à la vivre, par conséquent, l’un et l’autre avaient donné leur accord (même inconscient) pour vivre ainsi. Si l’on souhaite voir les choses changer: on les change en devenant acteur de sa vie.

Notre société actuelle est basée sur la possession, on tente de nous mettre en tête, par tous les moyens disponibles, que posséder c’est être (heureux, complet, satisfait…), et cela pousse à la frustration puisque absolument rien ne se possède réellement.

Alors, nous vivons dans le besoin constant, besoin qui ne peut être véritablement comblé. Nous croyons avoir besoin de ceci ou cela pour être heureux, que ce soit une personne, de l’argent, un gadget, une voiture…

Nous nous accrochons, nous luttons, nous (nous) aimons très mal, et cela n’offusque personne. Cela mène parfois à des drames incroyables, que l’on tente de minimiser comme si cela était une preuve d’amour avec des noms tout doux comme « crime passionnel », « amour destructeur »ou autre. Alors qu’il n’y a aucun amour véritable qui fait du mal, voyez comme les mots sont trompeurs et nous induisent en erreur, ce qui favorise cette confusion intérieure.

essence_lulu emilie dedieu
Illustration par Emilie

 

Il est temps que les croyances se renversent et que l’on prenne conscience que posséder n’est pas l’amour le vrai, posséder répond à un manque, un besoin, et tant que nous continuons à vouloir posséder, à penser que l’autre/biens/argent comblera ce trou en nous, nous vivrons bien malheureux.

Il faut se rendre à l’évidence qu’une personne qui en empêche une autre de vivre, une autre qui n’accepte pas sa séparation jusqu’à entrer dans la violence, une autre encore qui fait culpabiliser pour obtenir…, n’est pas dans l’amour véritable.

 

 

Je prends ici exemple des relations de couple, car le couple est un merveilleux miroir de notre intérieur, mais nous pouvons nous baser sur d’autres exemples, ils sont si nombreux, tels que les parents qui empêchent leurs enfants de voler de leur propres ailes en disant vouloir les protéger alors qu’en réalité c’est eux même qu’ils protègent car ils ont peur de perdre leurs enfants, ou encore, les personnes qui s’accrochent excessivement à leurs biens de peur de se retrouver sans rien… Tout ceci est une forme de possession, donc un besoin que l’on tente de combler comme on peut.

Cela est le signe d’une souffrance intérieure, et plus le désir de possession est important plus la blessure sous-jacente l’est aussi, ainsi, il est bon de mettre en lumière nos besoins afin de prendre conscience de ces blessures qui nous habitent afin de les panser avec patience et bienveillance. Un besoin masque toujours une peur.

Je conclue par cette citation de Bouddha : « Quand vous adorez une fleur, vous l’arrachez, mais quand vous aimez une fleur, vous l’arrosez tous les jours. Celui qui comprend ça, comprend la vie… »

Emilie.


 

Merci à Emilie Dedieu de m’avoir permis de partager son article.

Retrouvez tous les articles d’Emilie sur Facebook et sur son site internet.

 

facebook
Restez connectés.